Apporter le dépistage à la population

par Amanda Giacomazzo

Le Canada a adopté les cibles mondiales visant l’éradication du VIH et de l’hépatite C comme menaces pour la santé publique d’ici 2030. Quoiqu’ambitieuses, ces cibles sont devenues une possibilité réaliste grâce à l’efficacité des médicaments modernes. Le traitement du VIH supprime tellement efficacement le virus que les Canadiens séropositifs qui commencent tôt le traitement peuvent connaître une espérance de vie semblable à celle de leurs pairs séronégatifs. Cela permet également de prévenir la transmission du VIH entre les partenaires sexuels. En ce qui concerne l’hépatite C, la majorité des Canadiens qui suivent un traitement guérissent de nos jours en l’espace de plusieurs semaines.

S’attaquer aux causes profondes de la crise des surdoses au Canada

Par Gillian Kolla et Laurie Edmiston

Imaginez que 11 Canadiens soient empoisonnés chaque jour et que le taux de décès ne cesse de grimper chaque année. Imaginez que des hôpitaux partout au pays fassent face à une augmentation de 27 % des admissions pour traiter ces empoisonnements, et que les visites aux urgences grimpent de 73 % en Ontario seulement.

Le sexe, la consommation de drogues et la réduction des méfaits chez les gais : Il est temps d’agir

par Dane Griffiths

On pourrait considérer la réduction des méfaits et la prévention du VIH chez les hommes gais comme deux éléments historiques de notre réponse au VIH qui existent indépendamment l’un de l’autre depuis longtemps. Traditionnellement, la prévention du VIH chez les hommes gais mettait l’accent sur les risques sexuels, alors que la réduction des méfaits se concentrait sur les risques associés à la consommation de drogues injectables. Les deux approches ont évolué au fil des décennies, et certaines personnes pourraient soutenir que les pratiques sexuelles plus sécuritaires sont une forme de réduction des méfaits. Toutefois, en ce qui concerne la consommation de drogues, peu d’attention a été accordée à la réduction des méfaits dans le contexte de la santé sexuelle des hommes gais.

Comment la PrEP et la charge virale indétectable redéfinissent-elles les relations sociales des hommes gais et bisexuels?

par Gabriel Girard

Indétectable = Intransmissible, PrEP, Traitement comme prévention… Si ces approches font aujourd’hui consensus parmi les experts communautaires et scientifiques du VIH, leur appropriation par un plus large public reste encore incertaine. Dans la communauté gaie, ce nouveau contexte de la prévention suscite encore des résistances ou des questionnements : il suffit d’engager la conversation sur le sujet, en ligne ou dans un bar, pour s’en apercevoir!