A step toward ending unjust HIV criminalization, with more to be done in 2018

by Nicholas Caivano

For people living with HIV and their allies, 2017 was a ground-breaking year. It culminated with both the federal and Ontario governments publicly recognizing the need to limit the over-criminalization of HIV in Canada. On World AIDS Day 2017, both acknowledged that criminal prosecution for alleged HIV non-disclosure is not warranted when a person living with HIV has a “suppressed viral load” (i.e., less than 200 copies of HIV/ml of blood) because such an individual poses no “realistic possibility” of transmitting the virus—the Supreme Court’s legal test for whether a duty to disclose exists.

Les médecins en chef du Canada l’affirment : Indétectable = Intransmissible

par Laurie Edmiston

C’est officiel! Le Gouvernement du Canada appuie I=I, la déclaration de consensus affirmant qu’une personne vivant avec le VIH ne transmet pas le virus par voie sexuelle si elle suit un traitement antirétroviral et maintient une charge virale indétectable (« indétectable = intransmissible »).

L’annonce a été faite le 30 novembre dans une déclaration collective de l’administratrice en chef de la santé publique du Canada et des médecins hygiénistes en chef de toutes les provinces et de tous les territoires du Canada.

Éliminer l’hépatite virale, c’est possible : Quatre leçons du Sommet mondial sur l’hépatite

par Melisa Dickie

Alors que le nombre de décès liés à de nombreuses maladies transmissibles poursuit son déclin dans le monde, les décès causés par l’hépatite virale dépassent aujourd’hui ceux de toutes les maladies infectieuses, y compris le VIH/sida, le paludisme et la tuberculose. Les hépatites sont pourtant l’une des rares menaces à la santé mondiale pour lesquelles il existe des solutions faciles. Il existe des vaccins très efficaces contre les hépatites A et B; et des remèdes pour guérir de l’hépatite C. Ayant ces outils à notre disposition, pourquoi n’observons-nous pas d’impact sur l’épidémie?

Le crystal meth, parlons-en

par Martin Bilodeau

Si la dépendance psychologique au crystal est puissante, son association intime avec le cul, dans la communauté gaie, doit être nommée, reconnue et abordée, puisque tout simplement, l’un peut être le revers qui fait rechuter l’autre.

Si une substance peut devenir problématique en soi, il demeure impératif de prendre en compte les facteurs intersectionnels en jeu dans la relation à sa consommation.

De même, le facteur technologique des modes de rencontre et de livraison de baise et de drogue à domicile doit être pris en considération dans notre compréhension du sujet et ce, sans stigmatisation.

HIV and mental health: The elephant in the room

By Tammy C. Yates

In his famous poem “The Blind Men and the Elephant”, John Godfrey Saxe retells an Indian parable about three blind men who went to see an elephant. Of course, being blind, they could only ‘see’ the elephant by touching it. When asked to describe the elephant, one grabbed it by its trunk and said, “An elephant is like a snake!” The second man took his turn to touch it, pulled it by the leg, and confidently determined, “No, an elephant is like a tree trunk!” The third and final person to touch the elephant grabbed it by its tusks and said, “Tsk, tsk, tsk, you are both wrong: an elephant is smooth, cold and hard.” Each of the men touched the elephant, yet from their perspectives, the experiences of the elephant were totally different.