Catégorie : Articles

HIV criminalization and the newly launched expert consensus statement: Bringing science to justice

By Richard Elliott

One of the highlights of last month’s 22nd International AIDS Conference in Amsterdam (AIDS 2018) was the release of the “Expert consensus statement on the science of HIV in the context of criminal law”. In this statement, 20 eminent world scientists — including two leading Canadian researchers — provided their conclusive opinion on the low-to-no possibility of a person living with HIV transmitting the virus in various situations, including via sexual acts. Published in the peer-reviewed Journal of the International AIDS Society, the statement describes the current evidence on HIV transmission, treatment effectiveness and forensics so that HIV-related science may be better understood in criminal law contexts. You can learn more about the evidence in the statement from the short summary and a Frequently Asked Questions document, both available here.

Éliminer l’hépatite C parmi les immigrants et nouveaux arrivants au Canada : comment le modèle directeur de CanHepC va influer sur mon travail

Par Fozia Tanveer

Le Réseau canadien sur l’hépatite C (CanHepC) dirige un effort national pour établir un modèle directeur consensuel afin d’atteindre les cibles de l’Organisation mondiale de la Santé consistant à éliminer l’hépatite C d’ici 2030. Le modèle directeur vise à guider les divers intervenants à l’aide d’objectifs spécifiques et mesurables touchant les actions nécessaires pour répondre à l’hépatite C dans divers contextes au Canada. Je suis ravie que la version préliminaire paraisse cet automne, car mon travail en bénéficiera grandement.

Ce qu’il faudra pour éliminer l’hépatite C du Canada

Par Rivka Kushner

Le Canada fait partie des 194 pays qui ont adopté la Stratégie mondiale du secteur de la santé contre l’hépatite virale de l’Organisation mondiale de la Santé, en 2016, et qui s’engagent – entre autres – à éliminer l’hépatite virale en tant que grave menace pour la santé publique d’ici 2030.

Mais que signifie concrètement éliminer l’hépatite virale? Des chercheurs, des fournisseurs de soins de santé et des praticiens en santé publique des quatre coins du monde étaient réunis pour tenter de répondre à cette question lors du récent Sommet mondial sur l’hépatite, à Toronto du 14 au 17 juin 2018. Les conférenciers ont partagé les plus récents résultats de recherches, signalé quels pays sont sur la bonne voie pour atteindre les cibles et discuté des éléments nécessaires pour parvenir à l’objectif de l’élimination dans le reste du monde.

Le site d’injection supervisée de l’organisme montréalais Dopamine : bientôt un an déjà

Par Yanick Paradis

Depuis plus de 10 ans que nous attendions ce moment : les sites d’injection supervisée (SIS) sont arrivés! Nous y voilà rendus! Ça fait bientôt un an que nous sommes ouverts. Mise en contexte : les SIS sont un projet régional qui est chapeauté par plusieurs structures. Quatre organismes communautaires, dont Dopamine, et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal sont dans le coup et assurent les ressources humaines nécessaires pour mettre en place un tel service. Ceci dit, Dopamine est un organisme en réduction des méfaits qui travaille en prévention VIH, VHC et autres ITSS dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal depuis plus de 24 ans. Dopamine écoute, réfère et accompagne les gens au travers de leurs demandes. Les valeurs de l’organisme sont l’humanisme, la solidarité et la proximité. Le SIS offre une complémentarité à l’offre de service de soir, de 20 h à 1 h du matin, 7 jours sur 7.

La grave réalité des personnes trans en santé et l’importance de l’alliance thérapeutique

Par Florence Ashley

Je n’aime pas trop fréquenter les espaces médicaux. Pour moi, ce ne sont pas seulement des espaces essentiels à ma santé. Ce sont aussi des espaces d’exclusion et de traumatismes.

Combien de fois ai-je entendu parler de refus de soins chez des gens de mes communautés? Une migraine chronique est blâmée sur les hormones. Une plaie ouverte n’est pas pansée parce qu’on « n’a pas les connaissances pour traiter avec ce genre de personne. » Et que dire des questions déplacées, des mauvais noms sur les dossiers, ou encore de morinoms lus dans la salle d’attente, devant tout le monde?