Mot clé : Prévention

La Déclaration de consensus canadien. Appuyez-la. Utilisez-la. C’est ce que j’ai fait et voici pourquoi.

Glenn BetteridgePar Glenn Betteridge

Plusieurs d’entre vous ont possiblement observé les fluctuations qui se produisent dans le mouvement communautaire, au gré des percées médicales et scientifiques, des priorités, du militantisme communautaire ainsi que des forces plus globales d’ordre politique, social et économique. Depuis plus de vingt ans que je travaille dans le milieu communautaire et y fais du bénévolat, je cherche à m’ancrer dans quelques fondements bien solides, pour donner une base stable à mon travail. Le lien essentiel entre la santé et les droits humains. La nécessité de fonder les politiques, programmes et services sur les données probantes et l’expérience vécue. De même que l’engagement à la justice sociale et une attention sérieuse aux voix des personnes les plus touchées. C’est pourquoi j’ai signé et appuyé la Déclaration de consensus canadien sur les bienfaits de santé et de prévention associés au dépistage du VIH et aux médicaments antirétroviraux contre le VIH. La Déclaration de consensus mise sur ces mêmes fondements afin de jeter les bases d’une réponse à l’épidémie du VIH qui soit exhaustive, holistique et dirigée par la communauté alliant le traitement et la prévention du VIH ainsi que la santé et les droits de la personne.

Dans quelle mesure les méthodes de prévention du VIH sont-elles efficaces?

laurel-challacombePar Laurel Challacombe

Trois décennies de campagnes de sensibilisation ont transmis un message très clair et constant au public : le condom est le moyen le plus efficace de prévenir l’infection par le VIH.

Alors, que se passe-t-il lorsqu’une nouvelle méthode de prévention voit le jour et qu’elle aussi se révèle très efficace?

Depuis quelques années, de nombreuses études ont confirmé que le maintien d’une charge virale indétectable grâce à l’utilisation régulière et correcte d’un traitement antirétroviral (TAR) par les personnes vivant avec le VIH permet de réduire énormément le risque de transmission du VIH. La réduction du risque est tellement importante que l’on peut maintenant proposer la TAR comme option de prévention très efficace du VIH.

« Non protégée » ou « sans condom » : mettre à niveau notre terminologie du VIH

Par James Wiltonphoto-of-James-Wilton

Comment appelle-t-on une relation sexuelle où l’on n’utilise pas de condom? Diriez-vous « non protégée »?

Il y a quelques années seulement, vous auriez eu raison. Mais un consensus grandissant parmi les experts de la prévention du VIH tend à s’écarter de cette terminologie au profit d’une expression plus exacte et plus simple : « relation sexuelle sans condom ».

Pourquoi? Notre compréhension de la transmission et de la prévention du VIH a évolué considérablement, depuis une décennie, et des expressions et mots nouveaux sont apparus, comme « prophylaxie pré- et post-exposition » (PrEP ou PPrE et PPE), « charge virale indétectable » et « traitement comme outil de prévention ».

La science de l’élaboration des programmes : Pour éliminer les conjectures dans la prévention

Par Zak Knowles

Photo of Zak KnowlesPour ceux et celles d’entre nous qui travaillons dans le domaine de la prévention du VIH et de l’hépatite C, l’émergence de nouvelles approches de prévention nous oblige de plus en plus à dépendre des données probantes pour prendre des décisions éclairées au sujet des meilleures stratégies à utiliser avec un client ou une communauté en particulier.