« Non protégée » ou « sans condom » : mettre à niveau notre terminologie du VIH

Par James Wiltonphoto-of-James-Wilton

Comment appelle-t-on une relation sexuelle où l’on n’utilise pas de condom? Diriez-vous « non protégée »?

Il y a quelques années seulement, vous auriez eu raison. Mais un consensus grandissant parmi les experts de la prévention du VIH tend à s’écarter de cette terminologie au profit d’une expression plus exacte et plus simple : « relation sexuelle sans condom ».

Pourquoi? Notre compréhension de la transmission et de la prévention du VIH a évolué considérablement, depuis une décennie, et des expressions et mots nouveaux sont apparus, comme « prophylaxie pré- et post-exposition » (PrEP ou PPrE et PPE), « charge virale indétectable » et « traitement comme outil de prévention ».

Let’s talk about sex… ed!

By Suruthi Ragulan

Sex education is rarely without controversy.

As a sexual health educator, working with South Asian communities all over Toronto, I see firsthand how sexual misinformation, stigma, cultural and gender norms can all make sex a hard topic to discuss. Lately, however, it seems to be all everyone wants to talk about.

3 things to keep in mind about trans (men’s) inclusion in HIV prevention research

AydenScheimBy Ayden Scheim

In response to mounting evidence of the prevention benefits of pre-exposure prophylaxis (PrEP) use by HIV-negative gay and bisexual men, a discussion recently emerged on social media about the perceived exclusion of trans men1 who have sex with men from PrEP research studies.

In fact, trans men participate in many HIV prevention research studies, whether or not they are identified as trans when results are reported. Some do not identify as trans, but rather as men of trans experience or transitioned men, and are happy to check the “male” box without qualification. Other studies have explicitly included trans men and allowed them to self-identify. Regardless, some were upset that when results were reported, PrEP effectiveness among trans men was not addressed. In response, a number of well-intentioned non-trans men voiced their support for greater inclusion of trans men in biomedical and other HIV prevention research. While these statements are a testament to the progress gay and bisexual men’s communities are making in embracing men of trans experience, I feel compelled to offer a reality check about the inclusion of trans men in HIV prevention research.

Briser la glace dans le nord du Manitoba

Par Melissa Egan

megan-blog1 À Thompson, au Manitoba, il fait froid. La neige craque sous nos pas et les routes sont presque entièrement recouvertes de glace pure; ici, tout le monde conduit une camionnette. Je m’y suis rendue pour offrir une formation de trois jours en compagnie de Gina McKay du Centre de ressources en éducation sexuelle et de Carrie Pockett de Play it Safer Network. À l’aide de quelques ressources d’Adele Sweeny du Conseil tribal de Keewatin, nous passerons du temps avec 25 personnes de 16 communautés de Premières nations de la région.

Le travail du sexe au Canada

Par Natasha Potvin

n-potvinAvant toute chose, j’aimerais prendre le temps de vous donner la définition du terme « travail du sexe » pour qu’on puisse être sur la même longueur d’onde. On peut le définir comme un échange sexuel contre rémunération ou autres biens QUAND les parties sont consentantes et qu’il y a négociation des détails de la transaction. Cette définition s’applique autant aux femmes, hommes et personnes trans qui exercent dans l’industrie du sexe.

En décembre 2014, le gouvernement conservateur a mis en vigueur une nouvelle législation anti-prostitution inspirée du modèle nordique : la C-36 ou Loi sur la protection des collectivités et des personnes victimes d’exploitation. Cette loi ne fait pas l’unanimité.  Au contraire, les groupes de défenses des droits des travailleuse(-eur)s du sexe de partout dans le monde s’entendent pour dire que cette loi compromet le droit à la sécurité, à la santé, qu’elle rend encore plus vulnérable et dégrade la dignité.