Résultats de recherche pour : Gabriel Girard

Comment la PrEP et la charge virale indétectable redéfinissent-elles les relations sociales des hommes gais et bisexuels?

par Gabriel Girard

Indétectable = Intransmissible, PrEP, Traitement comme prévention… Si ces approches font aujourd’hui consensus parmi les experts communautaires et scientifiques du VIH, leur appropriation par un plus large public reste encore incertaine. Dans la communauté gaie, ce nouveau contexte de la prévention suscite encore des résistances ou des questionnements : il suffit d’engager la conversation sur le sujet, en ligne ou dans un bar, pour s’en apercevoir!

Trois points à retenir de la Conférence AFRAVIH 2016

Par Gabriel Girard

Gabriel-Girard-690x447L’AFRAVIH est une conférence scientifique, organisée tous les deux ans par l’Alliance francophone des acteurs de santé contre le VIH. Elle avait lieu cette année du 20 au 23 avril à Bruxelles, rassemblant plus d’un millier de participants, venus d’Europe, d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique du Nord. L’AFRAVIH ouvre un espace de débat francophone unique pour les acteurs de la lutte contre le VIH et les hépatites virales. La conférence est l’occasion de discuter avec des intervenants très divers, issus du milieu communautaire, de la recherche ou de la santé publique. Difficile de faire le tri dans un programme aussi riche[1]… Mais voici trois points à retenir de la conférence!

À quoi sert le barebacking?

Gabriel-Girard-690x447Par Gabriel Girard

Apparu aux Etats-Unis il y a 20 ans, le barebacking a fait beaucoup parler de lui. Au départ, le terme a été utilisé par des hommes gais séropositifs pour évoquer leur choix d’avoir des pratiques sexuelles sans condom. Mais très vite, le barebacking devient l’enjeu de débats virulents sur la responsabilité et les prises de risque dans la communauté gaie. Mais parler de barebacking a-t-il encore un sens à l’heure du traitement comme prévention?

Trois façons de mieux penser les discriminations liées au VIH dans le milieu de la santé

Par Gabriel Girard

Gabriel-Girard-690x447Les études sur la stigmatisation des personnes séropositives dans les soins de santé sont nombreuses. Mais peu d’entre elles se sont réellement intéressées aux dimensions structurelles du problème. C’est ce constat qui a orienté la recherche menée par Marilou Gagnon, professeure à l’Université d’Ottawa. L’étude s’appuie sur 21 entrevues, avec 15 hommes et 6 femmes vivant avec le VIH au Québec.