L’hépatite C : Y aura-t-il 40 ans entre sa découverte et son élimination?

• 

Nous sommes au cœur d’une période incroyablement dynamique dans le monde de la médecine et de la santé publique. La recherche dans le domaine de l’hépatite C a progressé si rapidement que le virus pourrait être éliminé comme menace pour la santé publique seulement 40 ans après sa découverte en 1989.

Le traitement de l’hépatite C : plus efficace, plus accessible

Le premier traitement contre l’hépatite C a fait son apparition en 1991, et depuis ce temps-là, nous avons parcouru du chemin. Les nouveaux traitements contre l’hépatite C guérissent plus de 95 % des personnes atteintes du virus. Ces récents traitements sont hautement efficaces, durent moins longtemps, ils ont moins d’effets secondaires et ces derniers sont moins prononcés que ceux des générations précédentes de traitements à base d’interféron.

Qui plus est, contrairement à ce que l’on croyait, le traitement de l’hépatite C est tout aussi efficace pour les personnes qui utilisent activement des drogues, et les Lignes directrices canadiennes pour le traitement n’imposent aucune restriction pour accéder au traitement en fonction de la consommation actuelle de drogues. De plus, depuis l’année dernière, ces traitements sont accessibles par l’intermédiaire des régimes d’assurance-maladie de chaque province et territoire dans tout le Canada! Pour la plupart des personnes, le coût du traitement est donc couvert par les régimes publics d’assurance-maladie.

Démystifier le traitement de l’hépatite C

Alors pourquoi y a-t-il encore des centaines de milliers de Canadiens vivant avec cette infection pouvant être guérie? L’une des raisons est que plusieurs d’entre eux n’ont pas encore reçu un diagnostic. Une autre raison est qu’il existe des mythes au sujet de l’efficacité du traitement, de l’admissibilité et de l’accessibilité au traitement qui ont empêché certaines personnes de le suivre — surtout les consommateurs de drogues, les détenus et les communautés autochtones.

Tournons la page sur les suppositions dépassées au sujet de l’hépatite C qui considèrent que c’est une maladie chronique à vie et que son traitement est difficile ou inaccessible, et concentrons-nous plutôt à guérir tous les Canadiens atteints d’une hépatite C chronique et à prévenir leur réinfection.

Afin de dissiper ces mythes et de diffuser des messages clairs sans équivoques au sujet de la nouvelle réalité de l’hépatite C, CATIE a récemment publié des ressources s’adressant aux personnes vivant avec le virus et à leurs fournisseurs de services.

 

 

 

 

 

 

 

Melisa Dickie est directrice, Échange de connaissances sur l’hépatite C chez CATIE.

Partagez

1 Response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment