S’attaquer aux causes profondes de la crise des surdoses au Canada

• 

Imaginez que 11 Canadiens soient empoisonnés chaque jour et que le taux de décès ne cesse de grimper chaque année. Imaginez que des hôpitaux partout au pays fassent face à une augmentation de 27 % des admissions pour traiter ces empoisonnements, et que les visites aux urgences grimpent de 73 % en Ontario seulement.

Imaginez maintenant que ces empoisonnements aient tué plus de Canadiens depuis deux ans que le sida en a tué durant toute la première décennie de l’épidémie.

Face à un tel scénario, on pourrait croire que la plupart de notre attention et de nos ressources seraient consacrées à la riposte à cette urgence de santé publique. Pourtant, depuis quelques mois, les médias s’intéressent davantage à 29 cas d’intoxication alimentaire causée par la laitue romaine et le gouvernement canadien agit plus rapidement en réponse à ces derniers qu’il ne l’a fait en 2017 face à l’intoxication fatale de près de 4 000 Canadiens victimes de drogues contaminées.

Peu importe si l’on parle de crise des opioïdes ou de crise des surdoses, la réalité est que des milliers de Canadiens meurent chaque année parce que leurs drogues sont contaminées. L’opioïde puissant fentanyl est maintenant omniprésent dans les stocks de drogues illicites, et les conséquences sont fatales. Environ les trois quarts des décès accidentels liés aux opioïdes au Canada ont été causés par le fentanyl ou des analogues du fentanyl.

Cette crise rappelle les premiers jours de l’épidémie de VIH. Dans les années 1990, en voyant les taux de VIH grimper en flèche parmi les personnes qui utilisaient des drogues, les fournisseurs de services partout au pays ont établi des programmes d’aiguilles et de seringues pour réduire la transmission. Ils se sont heurtés à des résistances, mais ils ont persévéré et réussi à lancer ces programmes essentiels d’un océan à l’autre du pays. De nombreuses études ont confirmé que les programmes d’aiguilles et de seringues réduisent efficacement le nombre de nouvelles infections, et ces programmes sont considérés comme une pratique exemplaire depuis 15 ans en ce qui concerne la prévention du VIH et de l’hépatite C.

Toutefois, le matériel d’injection stérile ne fait que prévenir la transmission du VIH et de l’hépatite C; il ne prévient pas les surdoses. Pour cela, il faut de la naloxone et – surtout – la présence d’une autre personne pour observer et offrir de l’aide si c’est nécessaire. Voilà le raisonnement qui a conduit à l’établissement des sites de consommation supervisée et des sites de prévention des surdoses, dont plusieurs ont ouvert leurs portes dans quatre provinces canadiennes, parfois avec l’autorisation et le financement du gouvernement, parfois comme initiatives locales. Sur une période de 11 mois, les intervenants en réduction des méfaits de Moss Park, un site de prévention des surdoses non autorisé à Toronto, ont répondu à plus de 250 cas de surdose, et aucun décès ne s’est produit.

Le modèle est efficace, mais la mise sur pied à l’échelle nationale n’est pas simple. Plusieurs provinces ont cruellement besoin de services de prévention des surdoses et de consommation supervisée, mais n’en comptent aucun. La Saskatchewan connaît la pire épidémie de VIH au pays parmi les personnes qui s’injectent des drogues, et le Manitoba se bat contre une double épidémie de surdoses causées par le crystal meth et le fentanyl. En outre, il y a deux fois plus de risques que des hospitalisations surviennent dans les collectivités plus petites où les sites de prévention des surdoses sont moins nombreux.

D’un bout à l’autre du Canada, les intervenants en réduction des méfaits se battent pour garder une longueur d’avance sur la crise. Ils préviennent et répondent aux surdoses pendant qu’ils voient des amis, des collègues et d’autres fournisseurs de services mourir tragiquement. Les communautés de toute taille ont besoin de soutien pour pouvoir ouvrir immédiatement des sites de prévention des surdoses et de consommation supervisée.

Bien que les sites de prévention des surdoses figurent parmi les outils les plus efficaces à notre disposition à l’heure actuelle, nous avons besoin d’actions significatives et exhaustives de la part des gouvernements et des décideurs de politiques afin de mettre fin à la crise des surdoses au Canada, et il faut commencer par les causes profondes. Voici ce que nous conseillons aux décideurs :

Étendez rapidement la portée des initiatives d’approvisionnement plus sécuritaire.

Grâce aux programmes d’approvisionnement plus sécuritaire, les personnes souffrant d’une dépendance aux opioïdes reçoivent une dose prescrite d’un opioïde pharmaceutique, habituellement de l’héroïne ou de l’hydromorphone. Ces programmes ont connu du succès dans plusieurs pays européens depuis les années 1990, ainsi que dans deux études de recherche novatrices canadiennes. Créés initialement à l’intention des personnes n’ayant pas obtenu de bons résultats sous l’effet d’autres traitements, plusieurs modèles de programmes d’approvisionnement plus sécuritaire ont été mis sur pied à Vancouver dans le but de s’assurer que les personnes dépendantes aux opioïdes ne comptent plus sur le marché des drogues illicites contaminées. En fournissant une dose prescrite dont la puissance et la pureté sont connues, on réduit énormément le risque de surdose. Il faut accroître le nombre de programmes d’approvisionnement plus sécuritaire partout au pays parce qu’ils représentent l’une de nos meilleures chances de juguler l’épidémie des surdoses.

Élargissez et intégrez les services de réduction des méfaits.

L’équipe d’intervention d’urgence en cas de surdose de la Ville de Vancouver a publié une série de recommandations en décembre 2018 pour répondre à sa crise de surdoses. Les recommandations incluent plusieurs propositions visant l’expansion des services de prévention des surdoses au-delà des sites de réduction des méfaits traditionnels. Une telle initiative est nécessaire partout au pays. Les options à envisager incluent des unités mobiles qui pourraient étendre la portée des services de prévention des surdoses jusqu’à des quartiers situés en dehors du centre-ville et aux régions rurales. On pourrait aussi offrir des services à domicile ou établir des espaces dans les complexes de logements sociaux pour faire de la prévention là où les gens vivent. Les provinces qui n’ont pas encore de services de prévention des surdoses devraient recevoir du soutien pour en établir le plus vite possible, et plus particulièrement la Saskatchewan et le Manitoba, parce que c’est à ces endroits où les services offrent les meilleures chances de rejoindre les personnes qui s’injectent des drogues et d’améliorer leur santé.

Investissez dans les programmes fondés sur les pairs.

Qui est mieux placé pour guider la riposte aux surdoses que les personnes ayant de l’expérience en matière de consommation? Les pairs ont les connaissances et les compétences nécessaires pour diriger et mettre sur pied des programmes de réduction des méfaits. Et, lorsqu’ils sont engagés à titre d’éducateurs et d’intervenants de soutien, ils peuvent nouer plus facilement des liens avec les personnes qui utilisent des drogues. Voilà une stratégie plus directe que celle consistant à attendre que les personnes qui utilisent des drogues consultent un professionnel de la santé ou un fournisseur de services.

Décriminalisez la consommation personnelle de drogues.

Le Canada a légalisé la possession personnelle de cannabis, un geste qui démontre que la réglementation gouvernementale aide les consommateurs à savoir quelles drogues ils achètent. La crise du fentanyl a démontré comment la nature illicite de nombreux opioïdes les rend sujets à la contamination par des ingrédients inconnus dont la puissance n’est pas établie. Le Portugal a décriminalisé toute consommation personnelle de drogues en 2001 et, en moins de 14 ans, a rapporté le deuxième plus faible taux de décès par surdose de drogue dans l’Union européenne.

Améliorez l’accès aux services de santé mentale.

Au moment même où le Portugal décriminalisait la consommation de drogues, il faisait des investissements importants pour offrir gratuitement des traitements de la toxicomanie fondés sur des données probantes et améliorer l’aiguillage des clients vers les services. Au Canada, les retards et le manque d’uniformité des régimes d’assurance maladie font en sorte que les services de santé mentale et de traitement de la toxicomanie sont hors de la portée de nombreuses personnes. La facilitation de l’accès à ces services grâce à un aiguillage rapide et à une couverture universelle serait une bonne nouvelle pour toute personne souhaitant recevoir du soutien pour changer ses habitudes de consommation.

Même si aucune solution unique ne sera une panacée contre la crise des surdoses au Canada, nous devons avoir le courage d’adopter les stratégies éprouvées et d’en essayer d’autres, même si elles ne sont pas orthodoxes. Si nous répondions à l’empoisonnement des stocks de drogues avec le même zèle que nous répondons à tout autre empoisonnement de cette magnitude, nous sommes convaincues que nous serions capables de résoudre rapidement et efficacement cette urgence de santé publique.

 

Gillian Kolla est candidate au doctorat à l’École de santé publique Dalla Lana de l’Université de Toronto. Elle détient une maîtrise en santé publique de l’Université de Toronto et fut l’une des coordonnatrices de la Toronto Overdose Prevention Society, qui a ouvert le premier site de prévention des surdoses de l’Ontario dans le quartier Moss Park, en 2017.

 Laurie Edmiston est directrice générale de CATIE, la source canadienne de renseignements sur le VIH et l’hépatite C. Elle travaille dans le domaine de la prévention et du soutien en matière de VIH/sida depuis plus de 30 ans, notamment dans le développement de programmes ciblant des populations diverses, tels les jeunes de la rue, les travailleurs et travailleuses du sexe et les personnes qui s’injectent des drogues.

 

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post comment