Stimulus 2018 – Réflexions sur la première conférence nationale sur la réduction des méfaits du Canada

La crise des surdoses se poursuit au Canada et a emporté près de 4 000 vies au cours de la dernière année uniquement. Au milieu de cette urgence, plus de 1 000 travailleurs de première ligne se sont rassemblés à Edmonton, le mois dernier, pour Stimulus Canada – la première conférence nationale canadienne sur la réduction des méfaits et les politiques sur les drogues.

Des travailleurs en réduction de méfaits, des infirmières, des travailleurs sociaux, des médecins, des chercheurs, des travailleur(-euse)s du sexe et des personnes qui consomment des drogues ont assisté à cette conférence qui a braqué les projecteurs sur les défis de vie ou de mort rencontrés de nos jours par les utilisateurs de drogues, au Canada, et sur les politiques et programmes qui pourraient atténuer ces défis.

Nous avons demandé à deux personnes qui ont participé à Stimulus 2018 de nous parler de ce qu’elles vont en dire à leurs communautés.

Jesse Whelen, conseiller en réduction des méfaits et en bien-être, Blood Ties Four Directions Centre (Whitehorse, Yukon)

La semaine a commencé par une réunion satellite organisée par CATIE au sujet de la réduction des méfaits dans une perspective autochtone, à laquelle ont participé des gens d’à peu près partout au pays. Je ne suis pas autochtone, mais je suis d’avis qu’une approche autochtone à la réduction des méfaits serait bénéfique pour de nombreuses personnes avec lesquelles nous travaillons, en particulier dans les plus petites communautés du Yukon. Il n’existe pas d’approche à taille unique, mais si nous pouvons être plus pertinents à la culture, nous pourrons être plus efficaces dans notre travail. Cette réunion a été très utile pour démarrer cette conversation et examiner des façons par lesquelles les intervenants en réduction des méfaits peuvent suivre les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation.

Pour moi, l’aspect le plus utile de Stimulus a été d’entendre des idées de programmes qui pourraient bien fonctionner dans un endroit comme Whitehorse, qui est une ville à la fois isolée et nordique. J’ai été emballé d’entendre parler des réussites de certains collègues dans la mise en œuvre de programmes, ailleurs au pays, en particulier en ce qui concerne l’analyse des drogues ainsi que les services de consommation plus sécuritaire dans des villes de petite taille. En dépit de la nécessité de tels services, Whitehorse n’a possiblement pas la capacité nécessaire à un site offrant tous les services comme le fait Insite à Vancouver.

Shelly Archibald, infirmière en traitement de l’hépatite C, Sioux Lookout First Nations Health Authority (Sioux Lookout, Ontario)

Stimulus était une conférence diversifiée et visait à créer des liens entre les participants, à les stimuler tout en les confrontant aux défis. Le programme contenait des présentations formelles, en plénière et avec des panels, tout autant que des activités de création, des cérémonies autochtones et des messages d’espoir et de guérison. J’ai été très émue par une séance où, dans un cercle de partage communautaire, on a rendu hommage aux vies emportées par la crise des surdoses de drogues. On s’est souvenu des personnes décédées en entendant les mots, les poèmes et les chansons d’infirmières, d’intervenants en toxicomanie, de membres de la famille ainsi que d’amis qui ont pris soin d’elles. De nombreux, trop nombreux, participants ont rappelé à nos mémoires les voix réduites prématurément au silence par l’épidémie. La peine était palpable dans la salle.

Je me demande souvent pourquoi en tant que société nous nous faisons du souci pour les personnes qui ont une jambe fracturée, mais nous n’arrivons pas à avoir autant de compassion pour celles qui ont le cœur brisé ou l’âme brisée. Nous n’avons pas entendu que des histoires tristes; certaines nous ont réchauffé le cœur et donné espoir. Des participants ont parlé de leur détermination à poursuivre leur travail en dépit des annulations de programmes; d’autres ont signalé un sentiment de plus grande connexion après avoir ressenti l’amour partagé dans la salle de conférence, cet après-midi-là. Ces messages m’ont galvanisée ainsi que les autres participants – ils ont ravivé notre espoir, au milieu de cette crise. Ceci a fait de Stimulus 2018 un événement vraiment mémorable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *