Mot clé : Stigmatisation

Assez des excuses : les gens ont le droit de savoir qu’I=I

par John McCullagh

« Le temps des excuses est révolu. Il est très, très clair que le risque est de zéro. Si vous suivez un traitement antirétroviral suppressif, alors vous êtes non contagieux sexuellement. » – Dre Alison Rodger, University College London, auteure principale de PARTNER 2, lors d’une présentation au 22e Congrès international sur le sida, à Amsterdam, le 25 juillet 2018.

On peut difficilement surestimer la force de ce message pour les personnes qui vivent avec le VIH, comme moi, car il transforme ce que signifie vivre avec le VIH. En effet, il ouvre la voie à des choix sociaux, sexuels et génésiques que nous et nos partenaires n’aurions jamais cru possibles. Ce message encourage les personnes vivant avec le VIH à amorcer un traitement et à le poursuivre afin de protéger leur santé et celle de leurs partenaires sexuels. Il nous permet de transformer notre perception de nous-mêmes et la façon dont nous sommes perçus par notre famille, nos amis, nos partenaires sexuels actuels ou potentiels, et par les gens en général.

La grave réalité des personnes trans en santé et l’importance de l’alliance thérapeutique

Par Florence Ashley

Je n’aime pas trop fréquenter les espaces médicaux. Pour moi, ce ne sont pas seulement des espaces essentiels à ma santé. Ce sont aussi des espaces d’exclusion et de traumatismes.

Combien de fois ai-je entendu parler de refus de soins chez des gens de mes communautés? Une migraine chronique est blâmée sur les hormones. Une plaie ouverte n’est pas pansée parce qu’on « n’a pas les connaissances pour traiter avec ce genre de personne. » Et que dire des questions déplacées, des mauvais noms sur les dossiers, ou encore de morinoms lus dans la salle d’attente, devant tout le monde?

Love Positive Women: why a fulfilling sexual life with HIV matters

By Allison Carter, Jessica Whitbread and Angela Kaida

« I went through a long period, seems like ancient history now, but I remember when I was first diagnosed, I felt so dirty. Like everything about me was, I suppose, unsafe and unclean and my blood was just full of crap. Just the whole thing was very internalized… For the most part now, I feel loveable. I feel good about myself. I just feel like I’ve still got a lot to offer and give and that I can be part of a strong, healthy relationship, despite the difficulties, I suppose. »
Anonymous quote by a woman living with HIV

World Hepatitis Day: Finally something to celebrate?

By Annika Ollner

Every year on July 28, we mark World Hepatitis Day with an event to educate, gather together, and also remember those we have lost from the hepatitis C community. This year, we should have much to celebrate: in early 2017, medications that had previously been unavailable were finally added to some formularies, including Ontario’s. This  means that people with certain types of hepatitis C who have been waiting years to access safe, effective medication will finally be able to start treatment and be cured. For many, being cured means avoiding potentially fatal outcomes like liver failure and liver cancer. It also means shedding the burden of carrying a highly stigmatized illness that is often met with ignorance, ostracism and discrimination.

Travail du sexe des hommes et des personnes trans : décriminaliser et défaire les préjugés

par Jonathan Bacon

photo prise par Damien Ligiardi

Je me vois souvent contraint de commencer mes billets sur le travail du sexe en parlant du Grand Prix de F1 de Montréal.

Chaque année, dans la foulée du Grand Prix – et particulièrement l’année dernière, en juin – les médias se font un plaisir, sinon un devoir, de prendre d’assaut ce qu’ils perçoivent comme une violente augmentation de l’exploitation sexuelle et de la traite des femmes dans le cadre de ces évènements sportifs. Cette médiatisation s’inscrit dans une approche abolitionniste aux effets néfastes, ceux-ci incluant une surveillance accrue, des arrestations plus fréquentes et des risques de déportation plus élevés pour les travailleuse(-eur)s du sexe.