Mot clé : Réduction des méfaits

Nothing for us, without us!

by Kate Mason

Despite the fact that harm reduction services and ideas are always started by people who use drugs, they are not always included in the design and delivery of these programs as they become more formalized, especially in healthcare settings and for medical issues related to drug use.

Stimulus 2018 – Réflexions sur la première conférence nationale sur la réduction des méfaits du Canada

La crise des surdoses se poursuit au Canada et a emporté près de 4 000 vies au cours de la dernière année uniquement. Au milieu de cette urgence, plus de 1 000 travailleurs de première ligne se sont rassemblés à Edmonton, le mois dernier, pour Stimulus Canada – la première conférence nationale canadienne sur la réduction des méfaits et les politiques sur les drogues.

Five factors that help improve relationships between supervised injection services and local police

By Tara Marie Watson and Carol Strike

Supervised injection services (SIS) provide safer spaces for people to inject drugs and help reduce the risk of overdose and behaviours linked to HIV and hepatitis C. Now more than ever, as Canada continues to experience an overdose crisis that took nearly 4,000 lives in 2017, people who use drugs need barrier-free access to these services. Policing practices – such as arresting people near harm reduction programs – can be major barriers to SIS attendance and operation.

We recently completed a study focused on how to improve SIS-police relationships. For this research, we interviewed SIS managers, program coordinators and police liaisons in Europe, Australia, Quebec and British Columbia, reviewed international literature on harm reduction training for police, and conducted focus group consultations with Toronto-based SIS/harm reduction workers, people who inject drugs and police. Our multi-stakeholder team (including researchers, SIS managers, harm reduction workers and student trainees) used the information we gathered to identify factors that may help to improve relationships between SIS and local police. Here are our five recommendations:

Ce qu’il faudra pour éliminer l’hépatite C du Canada

Par Rivka Kushner

Le Canada fait partie des 194 pays qui ont adopté la Stratégie mondiale du secteur de la santé contre l’hépatite virale de l’Organisation mondiale de la Santé, en 2016, et qui s’engagent – entre autres – à éliminer l’hépatite virale en tant que grave menace pour la santé publique d’ici 2030.

Mais que signifie concrètement éliminer l’hépatite virale? Des chercheurs, des fournisseurs de soins de santé et des praticiens en santé publique des quatre coins du monde étaient réunis pour tenter de répondre à cette question lors du récent Sommet mondial sur l’hépatite, à Toronto du 14 au 17 juin 2018. Les conférenciers ont partagé les plus récents résultats de recherches, signalé quels pays sont sur la bonne voie pour atteindre les cibles et discuté des éléments nécessaires pour parvenir à l’objectif de l’élimination dans le reste du monde.

Le site d’injection supervisée de l’organisme montréalais Dopamine : bientôt un an déjà

Par Yanick Paradis

Depuis plus de 10 ans que nous attendions ce moment : les sites d’injection supervisée (SIS) sont arrivés! Nous y voilà rendus! Ça fait bientôt un an que nous sommes ouverts. Mise en contexte : les SIS sont un projet régional qui est chapeauté par plusieurs structures. Quatre organismes communautaires, dont Dopamine, et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal sont dans le coup et assurent les ressources humaines nécessaires pour mettre en place un tel service. Ceci dit, Dopamine est un organisme en réduction des méfaits qui travaille en prévention VIH, VHC et autres ITSS dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal depuis plus de 24 ans. Dopamine écoute, réfère et accompagne les gens au travers de leurs demandes. Les valeurs de l’organisme sont l’humanisme, la solidarité et la proximité. Le SIS offre une complémentarité à l’offre de service de soir, de 20 h à 1 h du matin, 7 jours sur 7.