Mot clé : Réduction des méfaits

Comment s’assurer que les actions de sécurité publique ne contreviennent pas à la mise en place de stratégies de réduction des méfaits ?

Par Anik Tremblay

La transmission du VIH et du VHC constitue encore aujourd’hui un problème de santé publique de première importance.  Certains comportements, comme l’usage de drogues par injection et par inhalation, entraînent des risques importants de transmission. En effet, selon les données de surveillance [i], 15 % des personnes qui vont dans les centres d’accès au matériel d’injection et d’inhalation sont infectées au VIH et 63 % au VHC.

The Face of Our Story

By Signe Dewar and Tom Barnard

signe-photo-cropped tom-photo-croppedThe Gardiner Museum of Ceramic Art, in partnership with the Toronto Community Hep C Program (TCHCP), invited people with lived experience of hepatitis C to take part in an art project called The Face of Our Story.  In that project, clay tiles depicting stories of lived experience would be displayed at the museum on World Hepatitis Day, July 28, 2016. This is the story of Signe and Tom who participated in the event.

The day arrived when we met with museum staff, were given a tour, and the project was explained to us. We were nervous.  We were proud to be part of this experience, but at the same time unsure of our surroundings and what was expected of us. None of us had ever put on an art show in a museum. We spoke in hushed tones and experienced a feeling of reverence as we saw the beautiful work of other artists. We exchanged glances and thought, “Uh oh! What are we doing here?”

La déclaration de Santé Canada sur le statut de la naloxone est un changement judicieux dans le paradigme des politiques sur les drogues

Par la Dre Lynne Leonard Lynne Leonard pic

L’administration de naloxone, un composé chimique qui arrête efficacement les effets de la surdose d’opioïdes, de façon temporaire, est recommandée par l’Organisation mondiale de la Santé pour utilisation en cas de surdose d’opioïdes. Au Canada, à l’heure actuelle, la naloxone est offerte uniquement sous forme injectable et il faut une ordonnance pour s’en procurer; elle ne peut être administrée qu’à la personne nommée sur l’ordonnance. Afin d’élargir l’accessibilité de la naloxone pour répondre au nombre croissant de surdoses d’opioïdes, au Canada, et après un examen des données relatives à la santé et à l’innocuité, Santé Canada a proposé un changement à la liste des médicaments vendus sur ordonnance, de façon à autoriser l’utilisation sans ordonnance de la naloxone dans le cas précis d’urgences liées à la surdose d’opioïdes hors du milieu hospitalier. Une consultation publique sur cette proposition a été ouverte et, si le changement du statut demeure appuyé par les données recueillies lors de la consultation, le changement sera finalisé.

Les gardiens anti-réduction des méfaits du Canada ferment la porte à la stratégie sur l’hépatite

Par Laurie Edmiston et Melisa Dickie

Nous rentrons tout juste du premier Sommet mondial sur l’hépatite, organisé par l’Alliance mondiale contre les hépatites en partenariat avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Gouvernement de l’Écosse. Le Gouvernement de l’Écosse s’est fait partenaire de cet événement parce que l’Écosse fait preuve de leadership dans la lutte contre l’hépatite C et, à l’opposé du Canada, s’est dotée d’une stratégie nationale de réponse à l’hépatite C.*