Mot clé : Réduction des méfaits

Ce qu’il faudra pour éliminer l’hépatite C du Canada

Par Rivka Kushner

Le Canada fait partie des 194 pays qui ont adopté la Stratégie mondiale du secteur de la santé contre l’hépatite virale de l’Organisation mondiale de la Santé, en 2016, et qui s’engagent – entre autres – à éliminer l’hépatite virale en tant que grave menace pour la santé publique d’ici 2030.

Mais que signifie concrètement éliminer l’hépatite virale? Des chercheurs, des fournisseurs de soins de santé et des praticiens en santé publique des quatre coins du monde étaient réunis pour tenter de répondre à cette question lors du récent Sommet mondial sur l’hépatite, à Toronto du 14 au 17 juin 2018. Les conférenciers ont partagé les plus récents résultats de recherches, signalé quels pays sont sur la bonne voie pour atteindre les cibles et discuté des éléments nécessaires pour parvenir à l’objectif de l’élimination dans le reste du monde.

Le site d’injection supervisée de l’organisme montréalais Dopamine : bientôt un an déjà

Par Yanick Paradis

Depuis plus de 10 ans que nous attendions ce moment : les sites d’injection supervisée (SIS) sont arrivés! Nous y voilà rendus! Ça fait bientôt un an que nous sommes ouverts. Mise en contexte : les SIS sont un projet régional qui est chapeauté par plusieurs structures. Quatre organismes communautaires, dont Dopamine, et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal sont dans le coup et assurent les ressources humaines nécessaires pour mettre en place un tel service. Ceci dit, Dopamine est un organisme en réduction des méfaits qui travaille en prévention VIH, VHC et autres ITSS dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal depuis plus de 24 ans. Dopamine écoute, réfère et accompagne les gens au travers de leurs demandes. Les valeurs de l’organisme sont l’humanisme, la solidarité et la proximité. Le SIS offre une complémentarité à l’offre de service de soir, de 20 h à 1 h du matin, 7 jours sur 7.

World Hepatitis Day: Finally something to celebrate?

By Annika Ollner

Every year on July 28, we mark World Hepatitis Day with an event to educate, gather together, and also remember those we have lost from the hepatitis C community. This year, we should have much to celebrate: in early 2017, medications that had previously been unavailable were finally added to some formularies, including Ontario’s. This  means that people with certain types of hepatitis C who have been waiting years to access safe, effective medication will finally be able to start treatment and be cured. For many, being cured means avoiding potentially fatal outcomes like liver failure and liver cancer. It also means shedding the burden of carrying a highly stigmatized illness that is often met with ignorance, ostracism and discrimination.

6 things you can do to show solidarity with people who use drugs and help end the opioid crisis

By Zoë Dodd & Alexander McClelland

At the opening of the recent 25th Harm Reduction International Conference in Montreal, the Minister of Health Jane Philpott announced that more people have died in the overdose epidemic in the past few years than died during the height of the AIDS crisis in the late 80s and early 90s. In 2016, it is estimated that 2,300 people died of overdose—preventable deaths caused by the prohibition of drugs.

In response to that sobering and sad announcement, we wrote an article asking for people engaged in the response to HIV to show support and solidarity with people who use drugs. We believe that making connections between the two epidemics can help build solidarity, increase public support and mobilize people into action to address the national overdose crisis. We wrote:

“People who have lived through the AIDS crisis, who work in HIV organizations, who call themselves allies of the HIV community, who have attended an HIV fundraiser, who have learned about the history of AIDS activism, we make an appeal to you: The time for you to step up and end the massive injustice taking place against people who use drugs is now. We need more resources. We need the government to take our solutions seriously. We need the overdose epidemic to be declared a national emergency. Help us do this.”

So what can you do if you want to show support and solidarity? Here are six things you and your organization can do:

Comment s’assurer que les actions de sécurité publique ne contreviennent pas à la mise en place de stratégies de réduction des méfaits ?

Par Anik Tremblay

La transmission du VIH et du VHC constitue encore aujourd’hui un problème de santé publique de première importance.  Certains comportements, comme l’usage de drogues par injection et par inhalation, entraînent des risques importants de transmission. En effet, selon les données de surveillance [i], 15 % des personnes qui vont dans les centres d’accès au matériel d’injection et d’inhalation sont infectées au VIH et 63 % au VHC.