Five factors that help improve relationships between supervised injection services and local police

By Tara Marie Watson and Carol Strike

Supervised injection services (SIS) provide safer spaces for people to inject drugs and help reduce the risk of overdose and behaviours linked to HIV and hepatitis C. Now more than ever, as Canada continues to experience an overdose crisis that took nearly 4,000 lives in 2017, people who use drugs need barrier-free access to these services. Policing practices – such as arresting people near harm reduction programs – can be major barriers to SIS attendance and operation.

We recently completed a study focused on how to improve SIS-police relationships. For this research, we interviewed SIS managers, program coordinators and police liaisons in Europe, Australia, Quebec and British Columbia, reviewed international literature on harm reduction training for police, and conducted focus group consultations with Toronto-based SIS/harm reduction workers, people who inject drugs and police. Our multi-stakeholder team (including researchers, SIS managers, harm reduction workers and student trainees) used the information we gathered to identify factors that may help to improve relationships between SIS and local police. Here are our five recommendations:

Combler vos besoins en information sur la santé en 2018

Par David McLay

Le fait de vivre avec le VIH a changé énormément au fil des ans. Et, dans la plupart des cas, c’est pour le mieux. Comme CATIE s’engage encore et toujours à fournir de l’information à jour, fiable, impartiale et pertinente aux personnes vivant avec le VIH, nous avons récemment consulté un groupe de personnes séropositives au sujet de leurs perspectives sur l’info-santé relative au VIH en 2018.

Nous avons jasé avec 15 personnes, y compris des individus récemment diagnostiqués et des survivants à long terme issus de différents milieux et vivant un peu partout au Canada. Voici cinq choses que nous avons apprises :

HIV criminalization and the newly launched expert consensus statement: Bringing science to justice

By Richard Elliott

One of the highlights of last month’s 22nd International AIDS Conference in Amsterdam (AIDS 2018) was the release of the “Expert consensus statement on the science of HIV in the context of criminal law”. In this statement, 20 eminent world scientists — including two leading Canadian researchers — provided their conclusive opinion on the low-to-no possibility of a person living with HIV transmitting the virus in various situations, including via sexual acts. Published in the peer-reviewed Journal of the International AIDS Society, the statement describes the current evidence on HIV transmission, treatment effectiveness and forensics so that HIV-related science may be better understood in criminal law contexts. You can learn more about the evidence in the statement from the short summary and a Frequently Asked Questions document, both available here.

AIDS 2018 : Le bon et le mauvais

Par Sean Hosein

Sean Hosein, le rédacteur scientifique et médical de CATIE

À l’occasion du Congrès international sur le sida (AIDS 2018), qui s’est déroulé cette année à Amsterdam, aux Pays-Bas, nous avons été témoins de plusieurs développements clés dans la réponse mondiale au VIH. Nous avons également constaté le recul de nos efforts pour prévenir les infections et améliorer la vie des personnes vivant avec le VIH.

De la science clinique à l’épidémiologie, en passant par les droits humains et la défense des droits, voici quelques nouvelles saillantes, bonnes et mauvaises, rapportées à AIDS 2018.

Éliminer l’hépatite C parmi les immigrants et nouveaux arrivants au Canada : comment le modèle directeur de CanHepC va influer sur mon travail

Par Fozia Tanveer

Le Réseau canadien sur l’hépatite C (CanHepC) dirige un effort national pour établir un modèle directeur consensuel afin d’atteindre les cibles de l’Organisation mondiale de la Santé consistant à éliminer l’hépatite C d’ici 2030. Le modèle directeur vise à guider les divers intervenants à l’aide d’objectifs spécifiques et mesurables touchant les actions nécessaires pour répondre à l’hépatite C dans divers contextes au Canada. Je suis ravie que la version préliminaire paraisse cet automne, car mon travail en bénéficiera grandement.