Nothing for us, without us!

by Kate Mason

Despite the fact that harm reduction services and ideas are always started by people who use drugs, they are not always included in the design and delivery of these programs as they become more formalized, especially in healthcare settings and for medical issues related to drug use.

Ensemble, faire de Montréal une ville sans sida

par Pierre-Henri Minot

En énonçant les objectifs 90-90-90 en 2014, l’Organisation mondiale de la Santé et l’ONUSIDA proposaient une impulsion nouvelle : notre génération pourrait voir la fin de l’épidémie du sida. Nombreuses sont les voies possibles pour arriver à ce résultat, et les initiatives de riposte accélérée des Villes, les Fast Track Cities, en sont une.

C’est à Paris le 1er décembre 2014 qu’est né ce modèle des Villes sans sida[1], issu d’un constat : les 200 villes les plus touchées abritent à elles seules plus du quart des 35 millions de personnes vivant avec le VIH. En s’impliquant dans la riposte au VIH, les villes ajoutent leur leadership dans la création de stratégies locales.

Stimulus 2018 – Réflexions sur la première conférence nationale sur la réduction des méfaits du Canada

La crise des surdoses se poursuit au Canada et a emporté près de 4 000 vies au cours de la dernière année uniquement. Au milieu de cette urgence, plus de 1 000 travailleurs de première ligne se sont rassemblés à Edmonton, le mois dernier, pour Stimulus Canada – la première conférence nationale canadienne sur la réduction des méfaits et les politiques sur les drogues.

Assez des excuses : les gens ont le droit de savoir qu’I=I

par John McCullagh

« Le temps des excuses est révolu. Il est très, très clair que le risque est de zéro. Si vous suivez un traitement antirétroviral suppressif, alors vous êtes non contagieux sexuellement. » – Dre Alison Rodger, University College London, auteure principale de PARTNER 2, lors d’une présentation au 22e Congrès international sur le sida, à Amsterdam, le 25 juillet 2018.

On peut difficilement surestimer la force de ce message pour les personnes qui vivent avec le VIH, comme moi, car il transforme ce que signifie vivre avec le VIH. En effet, il ouvre la voie à des choix sociaux, sexuels et génésiques que nous et nos partenaires n’aurions jamais cru possibles. Ce message encourage les personnes vivant avec le VIH à amorcer un traitement et à le poursuivre afin de protéger leur santé et celle de leurs partenaires sexuels. Il nous permet de transformer notre perception de nous-mêmes et la façon dont nous sommes perçus par notre famille, nos amis, nos partenaires sexuels actuels ou potentiels, et par les gens en général.

It’s time for Toronto to step up: Let’s become a UNAIDS Fast-Track City

By Darien Taylor

The past few years have been a rollercoaster for those of us most impacted by HIV. The use of pre-exposure prophylaxis (PrEP) by people who are HIV-negative has gone from being discredited and shamed to become one of the keystones of a renewed and revitalized push to “end the HIV epidemic”. The other life-changing piece of research is the landmark PARTNER study that showed us, once and for all, that the sexual transmission of HIV does not occur in people whose viral loads are undetectable. The joyous global uptake of the U=U message has been nothing short of inspirational.