Ce que le Canada peut apprendre de la réponse de l’Australie au VIH

Par Laurie Edmiston

Pendant que nous étions à AIDS 2014, Ed Jackson, de CATIE, et moi avons rencontré un certain nombre d’organismes australiens afin d’étudier un plan de partage des pratiques exemplaires liées aux programmes de santé sexuelle pour les hommes gais. Je connaissais déjà certaines de leurs campagnes efficaces de sensibilisation, de prévention et de dépistage, mais un examen plus serré de la réponse australienne au VIH a été révélateur et nous a apporté des leçons utiles pour le Canada.

flags-can-aus

Le Canada et l’Australie partagent de nombreuses similitudes, dont la structure de notre système de santé, en vertu de laquelle la prestation des soins de santé est régie au niveau de l’État ou des provinces.

L’Australie a fait mieux que le Canada en ce qui concerne le nombre de personnes vivant avec le VIH, le nombre de nouvelles infections à VIH, et le nombre de personnes qui savent qu’elles vivent avec le VIH. Au Canada, il y a 208 personnes vivant avec le VIH pour chaque tranche de 100 000 personnes, comparativement à seulement 115 en Australie. En ce qui a trait aux nouvelles infections, on compte 7,6 nouvelles infections pour 100 000 Canadiens, comparativement à seulement 4,6 en Australie.

L’Australie a également un meilleur rendement que nous au chapitre du dépistage; seulement 15 % des Australiens vivant avec le VIH ne sont pas conscients de leur statut, alors qu’au Canada, la proportion est de 25 %. La connaissance du statut sérologique est essentielle à une réponse efficace, car les personnes qui connaissent leur statut séropositif peuvent avoir accès aux soins et aux services de soutien, puis commencer un traitement lorsqu’elles sont prêtes. Cela améliore non seulement la santé et le bien-être des personnes vivant avec le VIH, mais exerce aussi une influence positive sur les initiatives de prévention du VIH, comme nous le savons désormais.

L’Australie finance une ligue de personnes qui s’injectent ou utilisent des drogues illicites, une association nationale de travailleurs et travailleuses du sexe, et une association nationale de personnes vivant avec le VIH (composée d’organismes régionaux de PVVIH). Mieux encore, l’Australie semble comprendre que pour maintenir les taux de réussite au sein de ces populations, il faut soutenir le financement de ces organismes régionaux et nationaux menés par des pairs. Le Canada ne tient pas la comparaison, car les programmes canadiens menés par des pairs sont restreints, mal financés et locaux.

Comme au Canada, l’épidémie d’Australie touche largement les hommes gais. Comme au Canada, les Autochtones d’Australie souffrent encore des effets néfastes de la colonisation brutale et du système scolaire des pensionnats, et à l’instar du Canada, certains Australiens s’injectent des drogues. Mais contrairement au Canada, leurs initiatives précoces et constantes de réduction des méfaits ont réussi à maintenir le taux de prévalence du VIH à un niveau beaucoup plus faible que ce que l’on voit nationalement au Canada, tant pour les Autochtones que pour les personnes qui s’injectent des drogues.

La première réponse de l’Australie a été beaucoup plus rapide et plus pratique que celle du Canada. Leur première stratégie de santé nationale sur le sida a été lancée en 1985. Celle du Canada l’a été en 1998, 13 ans plus tard. L’Australie a lancé récemment sa septième stratégie nationale sur le VIH, qui contient des cibles « en vue de l’élimination virtuelle du VIH d’ici 2020 »! La deuxième stratégie du Canada, l’Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada, a été publiée il y a plus de 10 ans par le gouvernement précédent, et ses champs d’action vagues et trop prudents font référence à des activités qui devaient être mises en œuvre entre 2004-2005 et 2008-2009. Aucune cible. Aucune initiative de mise à jour en cours. Une responsabilité assez floue.

Laurie Edmiston est la directrice générale de CATIE, la source canadienne de renseignements sur le VIH et l’hépatite C.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

Un commentaire sur “Ce que le Canada peut apprendre de la réponse de l’Australie au VIH

  1. Marc Steben on

    et leurs innovations ne s’arrêtent pas au vih! ils ont plein d’initiatives diagnostiques innovantes qui ont permis d’augmenter l’accessibilité aux tests d’ITSS.

    Répondre

Répondre à Marc Steben Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *